Prévoyance

Portrait de famille AXA: se couvrir en tant que «mompreneur»

Partager sur Facebook Partager sur Twitter ch.axa.i18.share.google Partager sur LinkedIn Partager sur Xing Partager sur Pinterest Partager par e-mail

Vanessa Bachmann, photographe indépendante d’enfants et de familles, sait comment s’y prendre, et pas seulement derrière un objectif photo. Lorsqu’elle ne travaille pas, elle s’occupe avec patience et dévouement de ses trois enfants Matilda, Emely et Marlon, âgés de trois à sept ans. Elle les élève seule étant donné qu’elle et le père des enfants sont séparés.

 

Le mode de vie et de travail adopté par la photographe Vanessa Bachmann après sa séparation reflète bien sa personnalité. Afin de concilier au mieux travail et vie de famille, cette indépendante a décidé de ne travailler dans un premier temps que le week-end: le vendredi après-midi, lorsque ses trois enfants sont gardés, ainsi que le samedi et le dimanche, lorsque le père s’en occupe. Le reste de la semaine, elle se consacre entièrement à Matilda, Emely et Marlon. 

Ce modèle familial a un prix pour Vanessa Bachmann: non seulement sa propre liberté, mais aussi la protection contre les risques et la prévoyance vieillesse passent au second plan. En effet, l’argent gagné sur trois jours suffit tout juste à couvrir les coûts de base de cette famille de quatre personnes. Mais la photographe est convaincue que c’est pour elle la bonne solution: à ses yeux, travailler pour payer les frais de garde et ne pas voir ses enfants grandir serait bien pire.

Nous avons rendu visite à Vanessa Bachmann chez elle et dans son studio zurichois afin d’en apprendre davantage sur ce fonctionnement pas tout à fait ordinaire.

Le portrait de famille AXA

Le modèle familial en bref

Travail

Vanessa Bachmann est photographe indépendante. Dans son studio lilalou.ch, elle réalise des portraits de bébés, d’enfants et de familles; sous son propre nom , elle effectue notamment des reportages photo pour des magazines et d’autres donneurs d’ordre. Pour ce qui est du shooting et du traitement des photos, elle s’en occupe exclusivement le week-end, afin de pouvoir garder ses trois enfants le reste du temps et d’avoir un emploi fixe dans le commerce de détail un jour par semaine. Ce poste dans un concept store pour enfants à Zurich lui procure un minimum de sécurité financière.

Garde d’enfants 

Même en travaillant à plein temps, Vanessa Bachmann aurait du mal à payer une crèche pour ses trois enfants. Elle réussit à concilier travail et vie de famille en s’occupant elle-même de ses enfants pendant quatre jours de la semaine. Marlon, le petit dernier, reste avec elle. Quant à Matilda et Emely, qui vont à l’école et au jardin d’enfants, elles les rejoignent l’après-midi. Tous trois vont à la crèche ou à la garderie le vendredi et chez leur père du vendredi soir au dimanche soir. En cas d’urgence, c’est la mère de Vanessa qui prend le relais. 

Logement

La famille vit dans un appartement de 4 pièces à Wädenswil, au bord du lac de Zurich. Le propriétaire, un retraité, habite également sur place. Il apprécie qu’il y ait de la vie dans la maison et invite aussi la famille à profiter du jardin.
Malgré son budget serré, Vanessa Bachmann aime décorer son appartement avec goût. D’ailleurs, tout ne doit pas forcément être neuf: elle fabrique nombre d’objets de décoration lors d’après-midis de bricolage avec ses enfants ou déniche des trésors à bas prix sur des marchés aux puces ou des brocantes.

Prévoyance

Pour l’instant, Vanessa Bachmann n’a aucune marge de manœuvre: elle ne peut pas mettre d’argent de côté. Sa prévoyance vieillesse actuelle se résume aux cotisations AVS obligatoires pour ses mandats d’indépendante. Elle fait en outre créditer les années consacrées à l’éducation des enfants auprès de la caisse de compensation. La photographe ne verse aucune cotisation dans le 2e pilier, son emploi fixe à 20% ne lui permettant pas d’atteindre le salaire annuel minimal LPP. Et pour son épargne retraite dans le 3e pilier, elle devra également attendre de pouvoir un jour augmenter son taux d’occupation.

Protection

Vanessa Bachmann compte sur le fait que tout ira bien. Non pas parce qu’elle a le goût du risque, mais parce que son budget ne lui laisse pas d’autre choix. Bien sûr, de temps en temps, elle se demande ce qui se passerait si elle tombait malade, si elle avait un accident ou si tout simplement elle ne recevait plus de mandats. En général, elle évacue très vite ces inquiétudes. En effet, dans quelques années, quand ses trois enfants iront à l’école et seront plus indépendants, elle souhaite non seulement augmenter son taux d’occupation, mais aussi s’occuper de la couverture des risques.

Le conseil de l’expert d’AXA

La situation de Vanessa Bachmann n’est vraiment pas simple: ici, un budget limité se heurte à une immense responsabilité. Dans son cas, il est particulièrement important d’envisager des scénarios comme son propre décès ou une perte de gain prolongée. Et, idéalement, de les assurer. Lors d’un examen gratuit de la prévoyance, nous conseillons volontiers la famille Bachmann de façon complète et sans engagement.

Toujours à vos côtés

Si vous avez des questions ou souhaitez un entretien de conseil en prévoyance, nous sommes là pour vous.

Articles apparentés

AXA et vous

Contact Déclarer sinistre Postes à pourvoir Médias Courtiers myAXA Commentaires de clients Portail des garagistes S'abonner à la newsletter

AXA dans le monde

AXA dans le monde

Rester en contact

DE FR IT EN Conditions d’utilisation Protection des données © {YEAR} AXA Assurances SA

Nous utilisons des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site Internet et personnaliser la publicité d'AXA et des partenaires publicitaires. Plus d'infos: Protection des données